Diamond Atelier – XSR900 Æon

Suite de nos articles consacrés au Bike Shed de Londres avec cette stupéfiante Yamaha XSR900 qui répond au nom code de Æon. Préparée par Diamond Atelier pour le compte de l’horloger TW Steel (décidément très prolixe en terme de préparation moto ces temps-ci!). Et on pourra dire tout ce qu’on voudra, elle ne laisse pas indifférent!

Bien entendu, le fauteur de trouble des idées reçues est à mettre sur le compte du réservoir(?) proéminent laissant les curieux admirer le 3 cylindres Yamaha enserré dans son cadre. Diamond Atelier à Münich est surtout connu pour ses préparations léchées sur bases de BMW série R des premières années. Mais là, il s’agissait de passer à autre chose, briser les codes en expérimentant un style propre et nouveau. La base elle aussi nouvelle pour l’équipe de Tom Konecny. Le réservoir, donc, n’est plus à sa place et placé sur l’avant au dessus de la culasse.

De l’avis de Tom, “les motos modernes embarquent beaucoup d’électronique comme par exemple l’ABS ou les pompes à injection, etc… Notre but était de réduire la XSR900 à sa plus simple expression, l’épurer au maximum pour exposer le noyau dur” de cette moto née en 2017. Une sorte de retour vers les origines.

Le design est à mettre sur le compte de Julian Weber (membre de Diamond Atelier) qui s’est inspiré de la tendance de la scène custom Japonaise toujours en avance sur son temps. Les panneaux sont taillés et agrémentés de rivets dans le style Bōsōzoku repris notamment dans la préparation auto par le génial Wataru Kato fondateur de Liberty Walk (un style qu’on affectionne dans l’équipe). La fabrication a été confiée à Marvin Diehl de KRT Framework.

Comme nous avons fait le tour de la pièce principale de cette Æon; il ne nous reste plus qu’à clôturer cet article…. Mais non, on vous fait marcher! Ci-dessous vous pouvez admirer le silencieux de la ligne SC Project ainsi que les commandes reculées Gilles Tooling, toujours dans des tons de noir pour coller au thème de la moto. Les cornets sont bien entendu des K&N.

A l’avant, à la place du phare on trouve… une montre TW Steel que l’on peut planquer à sa guise derrière un petit cache articulé taillé dans les même formes que le réservoir. Histoire d’accentuer le style de la moto, pas question de garder le guidon classique de la XSR. Diamond Atelier a opté pour des clip ons ABM montés à l’envers et serrant des fourreaux de fourche remontés dans les tés de fourches anodisés noir.

Sur cette vue ci-dessous on peut noter l’amortisseur, lui aussi noir, mais là encore point d’élément d’origine, l’atelier Munichois a choisi dans la catalogue Wilbers. La boucle arrière a elle aussi été reconstruite selon les codes instaurés par le cahier des charges et la petite coque formée à la main est elle aussi “corporate”. De ce fait, l’ABS a du être sacrifié, mais c’est la seule fonction qui manque. Le jus provient à présent d’une paire de batteries lithium pour alimenter les feux à LED et les clignotants Kellerman.

Alors, oui, Tom l’admet, beaucoup vont dire qu’ils ont peut être été trop loin, mais il ne fait pas oublier que cette moto est une commande et que le rendu final a été validé et correspondait en tous points aux attentes du commanditaire. Donc libre à chacun d’aimer….ou pas.

DIAMOND ATELIER | Instagram | Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *